La distribution sociale des disciplines universitaires

Un article du Monde a récemment rendu compte de données publiées par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, concernant les origines sociales des étudiants[1]. On y apprend notamment que la massification de l’enseignement supérieur de ces dernières années a principalement été absorbée par l’université. Ce qui ne surprendra personne, dans le débat actuel sur les disciplines en tension et la problématique de l’accès à l’université. Je me centre ici sur les informations concernant les formations universitaires. La figure suivante résume la distribution sociale des disciplines, en fonction de la catégorie socio-professionnelle des parents.

La courbe noire (pointillée) représente la distribution moyenne des étudiants de l’université. On peut noter la surreprésentation des cadres et professions intellectuelles supérieures, montrant que la démocratisation de l’université reste un objectif lointain…

Les autres courbes révèlent des différences notables entre disciplines. Les étudiants de Droit et de Sciences s’ajustent assez bien sur la moyenne. On peut les qualifier de « disciplines standard ». Mais on voit que pour les étudiants de Santé, la surreprésentation des catégories supérieures devient écrasante, au détriment des autres tranches de la population. On est ici sur un type de formation fortement distinctive, au profil proche par exemple de celui des classes préparatoires.

Un dernier groupe est constitué des Sciences Economiques, des Arts, Lettres, Langues et SHS, et des STAPS, qui semblent moins attractifs pour les catégories supérieures, mais attirent les plus forts pourcentages de candidats issus des professions intermédiaires, employés et ouvriers. Les STAPS présentent par ailleurs les plus forts pourcentages dans ces trois catégories. Je ne peux que me réjouir de ce constat. Il correspond au souhait que la C3D STAPS a exprimé lors de la concertation sociale sur l’accès à l’université, de préserver et cultiver la mixité sociale des promotions d’étudiants. Le système d’attendus que nous avons mis en place permettra sans doute de parfaire cette tendance.

Si l’on veut briser les « plafonds de verre » qui freinent la démocratisation de l’enseignement supérieur, il serait sans doute intéressant de réfléchir sur ces attractivités différenciées des disciplines de l’université. Notamment si l’on commence à penser les performances du Supérieur en termes de valeur ajoutée. Comment attirer à l’université des lycéens qui spontanément n’en n’ont pas le projet, principalement sur la base de déterminismes sociaux, et surtout comment les y faire réussir ?

Enfin je laisse le lecteur interpréter le fait que les STAPS présentent le plus faible pourcentage d’étudiants dont les parents sont retraités ou inactifs… J’ai quelques hypothèses, certaines sérieuses, d’autres plus cocasses…

[1] Adrien de Tricornot, 160 000 étudiants supplémentaires à l’université en cinq ans, Le Monde, 5 janvier 2018. http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/01/05/160-000-etudiants-supplementaires-a-l-universite-en-cinq-ans_5238072_4401467.html

 

Publicités
Publié dans STAPS, Université | Laisser un commentaire

Formation des enseignants : où l’on reparle de la place du concours…

Le réseau national des ESPE organise le 11 janvier 2018 une journée de réflexion, et annonce dans sa note d’attention les données essentielles du problème : « Actuellement […], il y a une confusion entre le processus de formation des enseignants et le processus de recrutement des fonctionnaires de l’Éducation nationale ; la place et la nature du concours sont largement interrogées, dans la forme actuelle, le concours en 1re année de master crée une rupture entre avant et après le concours. Cette rupture impacte largement tous les volets des missions des ESPE… ». Je suis ravi que cette question soit à nouveau posée, après quatre années de fonctionnement de la réforme dite de mastérisation de la formation des enseignants. Lire la suite

Publié dans Education Physique et Sportive, Formation des enseignants, STAPS | 4 commentaires

Plan Etudiants : l’avis de la C3D

La C3D a accueilli avec satisfaction le Plan Etudiants, dans lequel elle a retrouvé l’essentiel des propositions qu’elle avait exprimées au sein du groupe de travail STAPS. Il s’agit à notre sens de propositions équilibrées, pragmatiques, devant permettre des avancées significatives dans un système universitaire qui apparaissait particulièrement bloqué.

Nous avions proposé la mise en place d’attendus multi-critériés, renvoyant aux compétences développées par les candidats dans quatre domaines (compétences scientifiques, littéraires, sportives et engagement citoyen). Ce principe a été retenu et nous ne pouvons que nous féliciter. Les STAPS ont trop souffert du tirage au sort et de ses dérives pour ne pas se réjouir de son dépassement. Nous sommes par ailleurs persuadés que l’accueil massif, sans discernement, de tous les candidats postulant à la licence STAPS ne peut déboucher que sur l’échec récurrent et prévisible d’un certain nombre d’entre eux.

Lire la suite

Publié dans STAPS, Université | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Une baisse du nombre de postes au CAPEPS ?

Le ministère a publié le 27 septembre ses projections budgétaires. Le budget 2018 de l’Education Nationale ne voit la création d’aucun poste, ce qui signifie pratiquement qu’il y aura moins de postes aux concours de recrutement. Ce problème n’a pas été vraiment évoqué jusqu’à présent…

Francois Jarraud, sur le site du Café Pédagogique, indique ainsi que pour le second degré on passerait de 14 450 à 11 000 postes ouverts au concours, ce qui correspondrait au niveau global à une réduction de 24%. Les arbitrages concernant la répartition par discipline de cette baisse ne sont pas encore rendus. Mais si l’on applique une simple règle de trois sur les postes ouverts l’année dernière au CAPEPS (800), il faut s’attendre cette année à un chiffre bien plus modeste, de l’ordre de 610 postes. Mais cette logique purement arithmétique ne préjuge pas des priorités qui seront prises en compte. On peut craindre que les disciplines jugées déficitaires, notamment les lettres, les maths ou l’anglais, par ailleurs défendues par le nouveau ministre, ne soient protégées dans ces restrictions. Lire la suite

Publié dans STAPS, Université | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Réforme du premier cycle universitaire : Synthèse des propositions de la C3D

Lors de la cinquième réunion du groupe de travail STAPS, Thierry Terret, rapporteur du groupe, a décliné en 24 points les propositions issues des précédents échanges. Si la C3D STAPS se félicite que l’ensemble de ces propositions reprenne peu ou prou celles qu’elle a patiemment avancées et défendues au cours des réunions du groupe, nous conservons une certaine frustration vis-à-vis de l’aspect linéaire de cette liste. Nous avons toujours tenté de réfléchir de manière systémique, liant entre elles nos propositions et tentant d’évaluer leurs conséquences probables. La liste proposée, sans priorité ni hiérarchie, chaque item étant au même niveau, ne rend sans doute pas assez compte de la richesse des échanges qui ont marqué ces cinq semaines de travail.

Il nous semble nécessaire, en complément de cette liste de propositions, de revenir sur les positions défendues par la C3D, et la manière dont nous avons abordé cette concertation. D’une manière générale, nous avons essayé d’éviter les positions idéologiques fermées, préférant le compromis et le dialogue. Il nous a notamment paru qu’il fallait éviter de caricaturer le problème en se focalisant sur la proposition de pré-requis, qui ne constitue qu’un des éléments du système. Lire la suite

Publié dans STAPS, Université | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Modalités d’accès à l’enseignement supérieur : un appel à la lucidité et au courage politique

Nous ressentons actuellement un certain flottement dans la concertation sur l’accès à l’enseignement supérieur. Lors de la formation des groupes de travail, il était question de libérer les initiatives et les propositions, de chercher les moyens pour sortir d’une situation qui au fil du temps était devenue ubuesque. Lors des premières réunions des points de vue difficilement conciliables ont été exprimés, mais c’est la logique de toute concertation de chercher des compromis acceptables. Certains messages nous alertent cependant quant à l’issue possible de ces discussions.

Face à la complexité du problème aujourd’hui posé à l’université, seules des réponses négociées, équilibrées, étagées sur la durée, peuvent permettre d’apporter des solutions satisfaisantes. La Conférence des Directeurs de STAPS (C3D) a fait des propositions qui tentaient de respecter ces principes. Permettons-nous à nouveau de les résumer :

Il s’agissait tout d’abord de maintenir dans un premier temps et d’accroître dès que possible les capacités d’accueil. Il est important de le souligner à destination de ceux qui pourraient a posteriori nous accuser de malthusianisme. Cet accroissement des capacités ne pourra pas se faire en demandant aux structures existantes d’accueillir de plus en plus d’étudiants. Dans certaines académies fortement déficitaires, seule l’ouverture de nouveaux UFR ou départements STAPS permettra de prendre en compte la demande locale. Lire la suite

Publié dans STAPS, Université | Tagué , , , , | 1 commentaire

Il ne suffit pas de supprimer le tirage au sort

Au lendemain de la première réunion du groupe de travail STAPS du 13 septembre 2017, au cours de laquelle des points de vue divergents ont pu s’exprimer, il nous semble nécessaire de préciser les positions de la C3D STAPS. Il nous apparaît de manière claire que le problème ne saurait se limiter à la suppression du tirage au sort et à son remplacement par une analyse des dossiers des candidats, quelle qu’en soit la nature. Il faut au préalable poser le cadre politique dans lequel une telle évolution des procédures d’entrée à l’université pourrait s’opérer. Lire la suite

Publié dans STAPS, Université | Tagué , , , | 1 commentaire