L’évaluation de l’EPS au baccalauréat : trois pas en arrière…

Télécharger en pdf

Les textes officiels régissant l’EPS réservent toujours des surprises. On se souvient sans doute des projets de programmes pour le lycée (2018), qui avaient introduit quelques innovations conceptuelles et pratiques pour le moins surprenantes (Delignières, 2018), qui ont été heureusement corrigées dans le texte définitif. D’une manière générale, ces textes s’alignent avec difficulté sur les évolutions plus générales du système éducatif (voir les acrobaties conceptuelles de la contribution de l’EPS aux derniers programmes des collèges ; Delignières, 2016). Ces textes charrient souvent les scories des modèles qui ont marqué les précédents, et on sent qu’ils peinent à s’extraire de l’histoire de la discipline. Il est surprenant par exemple de voir que les programmes de 1996 impriment toujours une trace profonde dans les textes actuels, dans une École qui a par ailleurs singulièrement évolué.

Il est plus rare que des textes reviennent sur des avancées des documents précédents. C’est pourtant ce que réussit avec brio le référentiel national pour le contrôle en cours de formation, paru dans le Bulletin officiel du 03 octobre 2019, et régissant l’évaluation des attendus de fin de lycée. Le SNEP a prestement réagi aux incohérences de ces propositions : la disparition des référentiels nationaux par APSA, la répartition des points, des problèmes d’organisation liés à la multiplicité des critères à prendre en compte, des incohérences sur la définition même d’un contrôle en cours de formation (SNEP, 2019).

Je voudrais ici évoquer l’aspect qui m’a le plus interpellé dans ces propositions, l’évaluation séparée des attendus de fin de lycée (AFL). Les programmes du lycée, parus en janvier 2019, décrivaient les AFL, dans chaque champ d’apprentissage, par la déclinaison de trois points, que l’on pouvait caractériser comme : (1) atteindre un niveau de performance satisfaisant dans l’APSA pratiquée, (2) être capable de s’entraîner de manière autonome dans l’activité, et (3) être capable d’assurer les « rôles sociaux » caractéristiques de l’activité. On retrouve évidemment dans ces formulations le triptyque classique des « compétences motrices », « compétences méthodologiques » et « compétences sociales », qui borne quelque peu la réflexion des textes officiels de l’EPS depuis 2008.

L’idée même d’un tel triptyque a été abondamment critiqué (Couturier, 2014 ; Delignières, 2009, 2018 ; Gottsmann & Delignières, 2016). Une compétence est définie par la maîtrise d’une activité complexe, et la capacité de la faire évoluer favorablement (Delignières, 2019a). Une compétence intègre obligatoirement les aspects « méthodologiques et sociaux » précédemment évoqués. Évidemment, un pratiquant compétent doit atteindre des niveaux de performance significatifs, et ceci ne va pas sans une maîtrise technique de l’activité. Évidemment la construction de cette maîtrise suppose le fait de savoir s’entraîner, de se mettre en conditions optimales de performance. Évidemment la compétence intègre la maîtrise de l’ensemble des rôles requis dans la pratique (pareur, assureur, arbitre, juge…). Tout ceci fait partie intégrante de ce que nous avons appelé la « culture praxique » des activités de référence de l’EPS (Delignières, 2019b).

Ces compétences sont essentiellement spécifiques à l’APSA pratiquée. Il n’existe pas de « compétences méthodologiques » ou de « compétences sociales » transversales, surplombant sans consistance propre un ensemble de pratiques. Je rejoins absolument les critiques du SNEP (2019) à cet égard : regrouper l’athlétisme et la natation, la gymnastique et la danse, ou la musculation et le yoga dans des champs d’apprentissage commun, en supposant qu’ils partageraient des « compétences méthodologiques » ou des « compétences sociales » transversales n’a absolument aucun sens, et ne fait que satisfaire les obsessions classificatrices de l’EPS. Par contre, et c’est sans doute la seule nuance avec l’argumentaire du SNEP, je ne considère pas que les aspects « méthodologiques et sociaux » de la compétence soient moins disciplinaires que les aspects liés à la performance.

Les programmes des collèges de 2008 avaient franchi un cap conceptuel important en introduisant l’idée de compétence attendue, supposée décrire les situations complexes mobilisant de manière intégrée les « compétences » motrices, méthodologiques et sociales : « Chaque compétence attendue s’inscrit dans l’une des quatre compétences propres à l’EPS et mobilise plusieurs compétences méthodologiques et sociales ». Les programmes des lycées de 2010 avaient conservé cette approche intégrative : « Une compétence attendue en EPS, articule et intègre simultanément les dimensions motrices et méthodologiques et entretient une relation prioritaire avec l’une des cinq compétences propres à l’EPS. Elle se manifeste dans la pratique d’une activité physique sportive et artistique. [..] Au terme des enseignements, seules les compétences attendues, qui constituent les acquisitions visées en EPS, s’observent et s’évaluent dans la pratique des activités physiques ».

On aurait pu penser que l’évaluation des trois points précédemment cités (atteindre un niveau de performance, être capable de s’entraîner de manière autonome, être capable d’assurer les rôles caractéristiques de l’activité) serait réalisée également de manière intégrée dans les AFL. Las… Dans les textes sur l’évaluation, ces trois items sont devenus les AFL1, AFL2, et AFL3, et sont évalués séparément. Le premier lors d’une épreuve ponctuelle « en croisant la performance réalisée et l’efficacité technique », les deux autres pouvant être évalués « au fil de la séquence d’enseignement et éventuellement le jour de l’épreuve ». Les textes précisent aussi que les élèves pourront choisir le poids relatif des AFL 2 et 3, et choisir les rôles qu’ils assumeront dans l’AFL 3.

Les rédacteurs de ce texte sont visiblement retombés dans cette habitude récurrente de l’EPS qui consiste à catégoriser, à mettre dans des cases séparées ce qui devrait être unifié et intégré. Un élève qui a réussi à atteindre un niveau remarquable de performance ne démontre-il pas qu’il est capable de construire son entraînement et d’affiner sa préparation ? Peut-on devenir gymnaste sans maîtriser la parade, le code de pointage et son application ? La compétence n’a pas à être ainsi segmentée. Il me semble que si les élèves étaient amenés, au cours de leur scolarité au lycée, à construire un parcours authentique, dans deux ou trois APSA, finalisé par des projets ambitieux au sein de collectifs soudés par des objectifs communs, l’évaluation des compétences, dans tous les aspects que cela peut inclure, ne poserait guère problème. Mais peut-être s’agit-il justement dans ce texte de redonner une forme plus scolaire à des pratiques qui dans leur complétude et leur authenticité, ressembleraient trop à leurs pratiques de référence ?

Quant à l’idée selon laquelle les élèves pourraient choisir les rôles dans lesquels ils seraient évalués, cela n’a également aucun sens dans une pratique authentique. Les rôles ne sont pas des constructions théoriques, ils émergent de la dynamique du groupe, de son histoire et de son projet. Les rôles ne sont pas un exercice artificiel, déconnectés d’un projet réel. On apprend à assurer parce que son compagnon de cordée en a besoin, et pas pour montrer que l’on a appris à assurer. Je ne discute même pas du poids relatif de ces trois AFL (12 points pour le premier, 8 pour les deux autres), puisque dans mon sens ils ne peuvent être évalués séparément.

La première proposition des programmes de Lycée, en 2018, contenait un paragraphe ainsi libellé : « Le programme d’enseignement de l’EPS au lycée se fonde sur une progression non pas linéaire et cumulative, mais spiralaire : les acquisitions de l’élève s’enrichissent, s’affinent et s’intègrent de plus en plus les unes aux autres tout au long de la formation, de la seconde à la terminale. La spécificité de la discipline justifie cette conception : l’EPS engage les élèves dans des apprentissages corporels complexes dont la maîtrise suppose l’intégration de ressources de différentes natures (motrices, cognitives, sociales, émotionnelles …) qui ne peuvent être acquises de façon isolée ». Ce paragraphe a été supprimé dans la version définitive. C’est dommage, car il supposait qu’il serait inconcevable d’évaluer séparément des ressources acquises de manière si conjointe.

Références

Conseil Supérieur des Programmes (2018). Éducation physique et sportive, enseignement commun, classe de seconde et cycle terminal.

Delignières, D. (2009). Les compétences dans les programmes de collège. Revue EPS, 338, 24-25.

Delignières, D. (2016). Nouveaux programmes du collège: un peu d’analyse dépassionnée… Blog, 15 octobre 2016

Delignières, D. (2018). L’EPS au Lycée : flou conceptuel et incertitudes dans la démarche. Blog, 28 novembre 2018.

Delignières, D. (2019a). L’EPS, une éducation à la complexité. Blog, 10 novembre 2019

Delignières, D. (2019b). Culture, enseignement, et Education Physique et Sportive. Blog, 5 février 2019.

Gottsmann, L. & Delignières, D. (2016). A propos des obstacles épistémologiques à l’émergence du concept de compétence. Movement & Sport Sciences/Science & Motricité, 94, 71-82.

Ministère de l’Éducation Nationale (2010). Programme d’éducation physique et sportive pour les lycées d’enseignement général et technologique. Bulletin officiel spécial n° 4 du 29 avril 2010

Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse (2019). Programme d’éducation physique et sportive du lycée général et technologique. Bulletin officiel spécial N° 1 du 22 janvier 2019

Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse (2019). Référentiel national pour le contrôle en cours de formation (CCF). Bulletin officiel n° 36 du 03-10-2019.

SNEP (2019). Le CCF publié discrédite l’EPS. Un retrait avant la rentrée 2020 est nécessaire! Site du SNEP-FSU, 15 novembre 2019.

Cet article, publié dans Education Physique et Sportive, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’évaluation de l’EPS au baccalauréat : trois pas en arrière…

  1. Stephane Audard dit :

    Merci Monsieur Delignieres pour cette analyse que je partage absolument.
    Professeur d’EPS au lycée Déodat de Sévérac Toulouse et responsable de la section sportive football du lycée après quinze ans en zone d’éducation prioritaire à la reynerie je partage votre point de vue sur la maîtrise des compétences dans sa globalité. Nous devons garder notre identité et notre spécificité.
    Au plaisir de vous lire.
    Stephane Audard

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s